Mon avis sur Certaines n’avaient jamais vu la mr, de Julie Otsuka

C’est un petit livre de rien du tout qui traînait dans ma pal depuis un bon deux ans. Ces dernières semaines, je l’ai beaucoup vu sur insta. Je ne sais pas s’il y a eu une recrudescence d’intérêt pour ce court roman ou si j’ai simplement prêté davantage d’attention aux chroniques qui en faisaient l’éloge. Il faut dire que j’ai réaménagé ma pal il y a peu et donc que je l’avais bien en tête. Qu’importe. J’ai donc embarqué le bouquin dans ma valise. Direction l’Ardèche. C’est là, dans cette région que je connais peu, au milieu des grottes fraîches, de la terre aride partagée entre des arbres fins et la roche couleur sable, que je l’ai découvert.


Sur le bateau, des Japonaises quittent tout pour marier des Japonais installés aux Etats-Unis. Elles ne les connaissent pas. Elles les ont vus en photo. Ils ne boivent pas, ne frappent pas et ont de belles situations. Elles s’arrachent volontairement à leur mère nourricière pour vivre Le Rêve Américain. Et déchantent. La vie est rude. Les hommes ne sont pas ce qu’ils ont prétendu. La vie n’est pas celle rêvée, ni imaginée.


Dans ce texte qui raconte tout cela, elles devient elle. Les voix se mêlent et pourtant on a l’impression de ne suivre qu’une personne. Quand on parle de l’Humanité, on voit un seul destin, qui rassemble pourtant des millards d’hommes et de femmes. C’est la même mécanique ici. Mille vies en deviennent une. Intelligent et remarquable.


Vous l’avez lu, aimé, repéré ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s