Mon avis sur Et d’abord le regard, de Laure Giappiconi

Quand Mona pousse la porte du cabaret d’Oz, elle devient Mara. Derrière le rideau rouge, la comédienne laisse place à la strip-teaseuse. Danse, show lesbiens, salons privés, elle jongle entre les performances, se cachant derrière un masque pailleté et bariolé. Comme la bande de filles qui virevoltent entre scène et coulisses, elle s’approprie des diktats imposés aux femmes pour en faire des outils de domination. Les codes du patriarcat restent mais le rapport de forces s’inverse. C’est cette vision du personnage que j’ai trouvé intéressante. Je ne suis pas d’accord sur tout mais j’ai aimé être confronté à un point de vue différent du mien, à un monde que je ne connais pas. À lire si vous voulez voir vos idées préconçues bousculées.


Vous l’avez lu, aimé ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s