Les livres à emporter en vacances cet été

Si vous avez la chance de partir en vacances, vous aurez peut-être envie de profiter d’un bouquin sympa, pas trop compliqué à suivre, pour chiller, pendant que vous ferez semblant d’ignorer les enfants qui crient ou le repas que les potes préparent. J’ai ce qu’il vous faut. (Et si vous ne partez pas, pas de regret, il pleut de toute façon.)

Partie 1: pour chiller au bord de la piscine

Le Craquant de la nougatine : du love et de la bouffe. Que dire de plus? On aime forcément. Parce que je suis sympa, je développe. Romain, restaurateur, tombe sous le charme d’une femme croisée par hasard. Il se surpasse pour la retrouver et lui proposer un rendez-vous. Elle se laisse tenté à aller espionner ce cuisto audacieux. Et l’histoire d’amour commence, au milieu du tourbillon de la vie, qu’alimentent la présence de deux enfants et les doutes inhérents à toutes les relations. Sauf que là, il y a de quoi douter. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas spoiler, mais si vous l’avez lu, n’hésitez-pas à me dire en commentaire si vous aviez devinez la fin ! Si toi lecteur, tu aimes les romances et les belles histoires, fonce !

Reprendre son souffle : Là-aussi du love. Mais surtout, une Rose qui tente de conjuguer sa vie de femme, de famille et son travail. Le tout, sans grande reconnaissance de son mari. La charge mentale, comme on l’aime. Elle ne cesse de se débattre, jusqu’au jour où elle rencontre un musicien canon, qui lui offre une sortie de secours. La saisira-t-elle ?

Honoré et moi : Pas de love, mais du lol dans ce livre à la couverture aussi coloré que le style est vif. Balzac, on connaît. Enfin, on connaît ses descriptions interminables (cette table valait-elle vraiment les 50 pages que tu as consacré Hono’???) et son goût pour l’étude des sentiments humains. Il faut avouer que le mec se débrouillait pas trop mal en écriture, et a ainsi fini dans tous les sacs à dos de lycéens de France et de Navarre. Sauf que de son temps, il n’était pas vraiment vu comme le génie incontournable, mais comme le gars, pas hyper stylé, pas hyper cool et surtout comme la terreur des banquiers. Parce que Balzac et la tune, ça fait deux. C’est à travers cet angle que l’autrice raconte son histoire, et promis, c’est DRÔ-LE !

Agatha Raisin enquête, t1: Outre le fait que ce bouquin donne l’occasion de crâner auprès des non-lecteurs en donnant une définition parfaite du « cosy mystery », dont on peu user et abuser sans crainte de se tromper, c’est sans doute le roman le plus parfait pour flâner au bord de la pistoche. Déjà, ça se passe en Anglettre (pistoche = eau, Angleterre = pluie = eau, tu vois le lien ?), ambiance tea à 5 heures et brume à toute heure, et le personnage est attachant. Rajoutez par-dessus un petit cadavre et un concours de tartes (ça existe vraiment dans la vraie vie???), je dis banco.

(Merci d’admirer la qualité de cette photo qui fut la première de mon insta)

Le mystère Henri Pick : des amoureux des livres, des manuscrits pleins de rêves oubliés au fond d’une bibliothèque de village, des crêpes salées… On tient un bon combo. Avec la plume de David Foenkinos, ça devient une valeur sûre. On suit avec plaisir ce jeune couple qui gambade au milieu des rochers, sous la pluie bretonne, se souriant entre deux coups de pédale sur un petit chemin sinueux. On enquête avec eux pour découvrir le seul manuscrit qui se tient à peu près dans ces tas de feuilles reliées. Et on tombe sous le charme de personnages, dont l’unique but est de toucher au coeur. Et si en plus, on peut paraître un peu mystérieuse derrière ce titre qui l’est tout autant, on prend !

Partie 2: pour voyager

La lumière était si parfaite : Direction la Bulgarie avec ce livre, qui nous plonge dans le quotidien de Megg. Cette mère au foyer d’apparence parfaite est en réalité ébranlée par la non-reconnaissance de son travail ménager par son mari, l’ingratitude manifeste de sa fille et ses doutes quant à sa passion mise de côté sur l’autel de la famille. A savourer comme un film de Noël sous un plaid !

Ne crains pas l’ombre ni les chiens errants : On prend l’avion direction l’Indonésie. Ses forêts verdoyantes, ses rizières, les multiples quartiers des grandes villes, où se divisent locaux, touristes et expats. On suit Cassandre tout au long de son périple sur l’île de Java, qu’elle découvre, tente d’apprivoiser puis décide de parcourir pour fuir.

Le Pays des autres : Mathilde, jeune Alsacienne, rencontre Amine, dont elle tombe amoureuse, au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Elle décide de le suivre dans son pays, le Maroc. Mais ses espoirs d’exotisme et de vie de couple épanouie s’effacent devant le mutisme de son mari et la terre capricieuse.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s