Mon avis sur La Lumière était si parfaite, de Carène Ponte

Un film de Noël, sans télé ni neige, c’est ce que propose Carène Ponte dans son dernier livre. Megg est la maman classe que l’on admire à la sortie de l’école, à travers une immense monture de lunettes noires, censée camoufler les cernes dus au « il me faut des cookies pour demain à l’école » du petit dernier. Elle habille son corps longiligne avec élégance, Team BCBG, tu connais, parfois même avec du blanc. Mais Megg est engluée dans sa routine de mère au foyer parfaite, qui doit tout gérer pour tout le monde puisqu’elle ne travaille pas, elle. À la mort de sa mère, elle craque sous les taches ménagères répétitives, la listes de choses à faire et l’absence totale de reconnaissance. Ouep, la charge mentale, elle connaît. Et en plus sa petite fille chérie lui fait la gueule sans raison. Et Megg, en a ras le bol. Pour UNE fois, elle va prendre du temps pour elle, et faire quelque chose parce qu’elle en a envie, et parce qu’elle figure sur sa to do list.


Si vous êtes toujours là, vous vous demandez quel est le rapport avec les films de Noël. C’est bien simple, on y retrouve un peu de clichés, beaucoup de bonnes intentions, et un personnage attachant. C’est pas parfait, mais qu’importe, ça fait du bien.

L’avez-vous lu, aimé ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s