Mon avis sur Des diables et des saints, de Jean-Baptiste Andrea

Joseph était un enfant ordinaire. Des parents aimants, une sœur insupportable, des leçons de piano obligatoires. Et il y a eu l’accident. Plus de Joseph, seulement un orphelin. Il a rejoint les confins. Un orphelinat qu’un sans-cœur et qu’une brute dirigent, à coups de punitions et d’humiliations. Un monde où règne le chacun pour soi. Parce que se choisir, c’est s’accorder de la valeur.


L’écriture de Jean-Baptiste Andrea est très visuelle. Les images de ce quotidien vacillent entre les lignes. Il manie la lumière et l’obscurité avec brio, fuit la simplicité, souligne l’humain.


J’ai beaucoup aimé le récit des moments passés à l’orphelinat, tellement, que j’avais du mal à me laisser embarquer dans les scènes qui se déroulent à l’extérieur. Les personnages rêvaient de sortir des Confins et moi d’y retourner. En auraient-ils ri ou pleuré ?


Et vous, vous l’avez lu, aimé ?

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s