Mon avis sur Blanc autour, de Lupano et Fert

Dans une petite ville du Connecticut, en 1832, une institutrice prend une décision radicale. Désormais, elle n’enseignera plus qu’aux élèves noires. Un choix qui inquiète et surtout qui provoque la colère de la communauté blanche. L’esclavage n’est plus pratiqué dans l’État depuis quelques décennies, mais les Blancs tremblent devant ce projet. Un an plus tôt, en Virginie, un esclave noir a pris la tête d’une révolte sanglante.


J’ai trouvé le livre très intéressant, il nous plonge dans cette partie de l’Histoire très rapidement, grâce aux dessins. Il soulève de lourds conflits et des injustices sociales, tout en soulevant moult questions. J’ai beaucoup aimé les portraits de la fin du livre qui permettent d’aller plus loin et de montrer que cette petite école, cette petite histoire, a participé à la grande. Là où j’ai été surprise, c’est plutôt dans le manque de nuances. J’ai l’impression d’un bloc de Blancs contre le projet, alors que je pensais que c’était plus complexe : j’imaginais que des Blancs se pensant tolérants et pour le projet, seraient rattrapés par leur racisme enfoui ou au contraire que des Blancs racistes se prendraient d’amitié pour une pensionnaire qui les aurait fait évoluer. Peut-être que je suis trop naïve et que c’était aussi clivant que décrit dans le texte.

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

3 commentaires

    • C’est gentil ! J’imagine que si ça a été raconté de telle manière c’est que cela se passait sans doute comme ça 🤷‍♀️

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s