Mon avis sur Un Effondrement, d’Alexandre Duyck

Les femmes qui l’appellent, jour et nuit, pour lui réclamer son aide. La culpabilité. Et l’obligation de réponse. Au moins ça. Le manque de moyens. Les appels aux dons ignorés. Les toilettes à l’extérieur. La doudoune à porter dans le bureau pour s’éviter de complètement geler. Travail passion, travail à perdre la raison pour en garder le cœur. L’effondrement. Subi, soudain. Impossible de franchir le pas de la porte. Trop dur. La chute qui n’en finit pas. Les heures passées à dormir, les forces à réunir pour se lever, le téléphone qui continue de sonner. Les proches interdits devant la maladie. Les questions et les doutes. L’envie de la secouer, la peur de la voir se briser. Les jours, les semaines et les mois. La fragile reconstruction.

C’est tout cela que raconte Alexandre Duyck, témoin impuissant du burn-out qui a emporté sa compagne dans un équilibre juste et intime de descriptions, d’analyses et de réflexions où perce la colère contre ceux qui participent à l’arrivée de ce mal.

Et vous, vous l’avez lu ? Aimé ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s