Mon avis sur Là où chantent les écrevisses, de Delia Owens

Capture d’écran 2020-06-11 à 09.35.19

J’ai eu le cœur brisé lorsque la maman de Kya a quitté le domicile familial sans un regard pour ses enfants. Ceux-ci sont restés dans la cabane en bois, au beau milieu d’un marais vaseux, sous la coupe d’un père austère et violent. Ils sont partis un à un, tous. Kya s’est retrouvée seule avec son père, loin de la ville et loin des autres. Pour s’échapper de la cabane, elle se réfugie dans le marais où les insectes, poissons, plantes foisonnent, elle collectionne les plumes et tourbillonne au milieu des oiseaux qu’elle nourrit. Elle apprend à se débrouiller seule, à se nourrir, à survivre dans cette terre meuble que beaucoup considèrent hostile mais qui est pour elle un refuge. J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce personnage, innocent et combatif. Une guerrière dans un corps frêle. Un cœur simple sous les cheveux hirsutes. C’est un livre qui plaira au plus grand nombre, les pages alternent entre description de la vie de Kya et enquête. L’eau presque stagnante et les torrents. Et vous, vous l’avez lu, aimé ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s