Mon avis sur Une Famille presque normale, de M.T. Edvardsson

Capture d’écran 2020-02-02 à 11.48.52

Jusqu’où iriez-vous pour protéger votre fille, soupçonnée de meurtre ? Voilà tout l’enjeu d’Une famille presque normale. Stella est accusée du meurtre d’un trentenaire richissime. Ses parents, un pasteur et une avocate, sont sous le choc: c’est forcément une erreur. Mais le besoin viscéral de protéger leur fille prend le dessus. Au fil des pages, alors que Stella est en détention, ils découvrent qu’elle connaissait la victime, qu’elle est sortie tard ce soir-là, et qu’elle a bien des secrets. Oui, leur fille pourrait être la meurtrière. Alors que faire ? Aller contre sa foi, ses principales, ses limites ?
Le récit se divise en trois parties, il y a d’abord le récit du père, qui voit sa petite fille grandir et ne plus le considérer comme son héros. Il y celui de Stella, paumée qui sait qu’elle n’est pas comme ses parents l’imaginaient. Et celui de la mère, qui culpabilise de n’avoir pas été assez présente tout en étant consciente que ce n’est pas un reproche que l’on ferait à un homme dans la même situation.
J’ai trouvé ce livre très juste, d’abord au niveau des relations humaines. Il y a des non-dits, des peines, de la rancoeur, le tout noyé dans beaucoup d’amour. L’enquête tient la route, on apprend des choses au fur et à mesure, on cherche, on marche sur un fil: coupable, pas coupable?

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s