Mon bilan d’avril

59305795_281924566018205_7211565529562087424_n.jpg

L’arrivée du mois de mai a sonné l’heure d’écrire le bilan du mois d’avril. Alors, déceptions, découvertes, coups de coeur ? Sous vos yeux ébahis, je fais le point sur mes lectures du mois.

Après un mois de mars ABSOLUMENT FANTASTIQUE parce que riche de plein de belles découvertes, j’ai vécu un mois d’avril plus calme émotionnellement et livresquement parlant. J’ai lu 6 livres ce mois-ci, contre 7 en mars. C’est pas mal mais pas ouf non plus.

Ce mois-ci je n’ai pas eu THE coup de coeur, mais j’ai bien aimé Trois jours et une vie, de Pierre Lemaître. On suit les jours et années suivant un meurtre du côté du coupable, un point de vue que j’ai trouvé intéressant. Le livre était bien écrit et offrait beaucoup de suspens, malgré tout il m’a manqué quelque chose pour le faire passer dans la catégorie « Coups de coeur ».

Bien aimé aussi 1, rue des Petits-Pas, de Nathalie Hug, porté par un personnage fort et qui évoque de nombreux tabous avec élégance et presque banalité, ce qui m’a plu. Même constat, bien aimé mais l’écriture un peu fouilli du début m’a refroidie.

J’ai aussi apprécié Le livre des Baltimore, de Joël Dicker. J’ai bien aimé le côté « page turner » du livre. On ne peut pas s’arrêter de le lire, c’est un sentiment agréable. J’ai bien aimé l’évolution du point de vue du narrateur aussi. Mais il m’a manqué de la profondeur pour en faire un must have read, si l’on peut dire. Après, pour une lecture de vacances, il est top ! Je sais que c’est le préféré de beaucoup, mais moi je penche plus pour L’Affaire Harry Québert.

Petite nouveauté, j’ai lu ce mois-ci un livre type développement personnel nommé Abondance et bien-être, de Sébastien Baudry, qui porte sur notre rapport à l’argent. J’ai bien aimé ce livre, qui était concret, mais je pense que je n’étais pas tout à fait le public visé.

Petite déception avec David Foenkinos, mais dieu sait que je suis sévère avec cet auteur depuis que j’ai lu Charlotte. Son La Tête de l’emploi, est sympathique, il raconte des scènes de désespoir avec distance et puissance, ce qui m’a un peu fait penser à La Princesse de Clèves au niveau du style. Mais en refermant le livre, je me suis dit « bof ». Je pense qu’il est capable de mieux.

On termine avec une déception. Mon premier Delphine de Vigan (Les Gratitudes) ne m’a pas convaincue. L’histoire est jolie, simple mais plate, selon moi. Malgré tout, je pense me pencher prochainement sur ses premiers livres, qui ont un côté plus sombre et qui, j’imagine, me correspondront plus.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s