Mon avis sur La Vraie Vie d’Adeline Dieudonné

53676984_390437041513815_8373361716502724608_n.jpg4,5/5, une lecture prenante et pertinente.

Je ne vais pas briser la tendance actuelle en vous parlant du premier roman de cette auteure, que l’on peut voir un peu partout en ce moment. Ca a commencé il y a quelques mois sur les quais de gare, où l’oeil de l’animal semblait m’observer. Ca a continué avec Instagram, où il était devenu difficile de scroller sans voir apparaître ce mélange de fourrure, de vert et de brique désormais reconnaissable au premier coup d’oeil. Je pense que c’est cet engouement général qui m’a poussé à aller voir le résumé du roman, qui m’a séduite.

Une bonne chose. Je l’ai acheté lundi vers 18h30 et je l’ai terminé quelques heures plus tard. Pour vous dire !

Bref, remettons les choses à plat. Il se passe quoi dans ce livre ? Promis, pas de spoiler. On suit le quotidien d’une famille et de l’une de ses membres en particulier : la fille. L’histoire se déroule pendant plusieurs années avec de grosses éclipses. On suit son enfance et son adolescence. On suit surtout ses efforts pour redonner le sourire à son petit frère, qui le perd après un événement tragique.

J’ai beaucoup aimé la tension qu’apporte l’auteure dans cette histoire. On sent que ça va basculer, on sent que les choses se crispent à travers les mots et de petites choses qu’elle raconte. Elle parvient bien à se mettre à la place de la petite fille, qu’on imagine forte et indomptable. Le sujet sous-jacent abordé me touche énormément, je n’en dis pas plus pour ne pas révéler l’histoire.

Je me souviens notamment de la scène dans la forêt qui apporte autant de frissons que de révolte.  J’avais envie de plonger dans le livre pour intervenir. C’est celle-là qui me restera quand le livre se sera un peu estompé dans mon esprit. Quant au style, je l’ai trouvé clair et limpide, sans toutefois être éblouissant. On a envie de lire la suite sans s’arrêter sur chaque mot. 

La structure et les ellipses ne m’ont pas dérangée, bien que surprise au début.

Seul regret : peut-être que la première partie qui précède l’incident était un peu longue. Je comprends pourquoi l’auteure a choisi de faire ça mais pour le coup des flashbacks auraient été peut-être plus pertinents et auraient permis d’entrer directement dans le coeur du sujet.

En le lisant je me rends compte que j’aime beaucoup les romans sur un quotidien, que ce soit d’un individu ou d’une famille, où l’on sent une part d’ombre. Je vous avais parlé de Caresse de rouge de Fottorino il y a quelques jours, qui est semblable de ce point de vue. Je pense aussi à Chanson douce (que j’ai adoré) et à Deux soeurs, le dernier livre de Foenkinos que j’ai moins aimé mais j’y reviendrai dans un post ce week-end. 

Et vous, vous l’avez lu, aimé ?

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s