Mon avis sur Juste avant l’Oubli, d’Alice Zeniter

49344253_606963843089735_5402020358066798592_n.jpg

4/5. Ce livre m’a laissé songeuse. Je ne l’ai ni adoré, mais je ne peux pas dire qu’il m’ait déçue. J’ai du mal à mettre des mots sur mon ressenti. Cela m’arrive rarement. C’est peut-être cela que j’aime. Ne pas tourner la page en utilisant des qualificatifs clairs et tranchants, mais laisser le livre continue à vivre dans mon esprit, par les questions qu’il provoque.

Comment l’expliquer, ce ressenti ? Il y a peu d’actions dans le récit mais je l’ai lu rapidement quand même. Je m’attendais à des atmosphères et des ambiances qui n’étaient pas celles du livre. Mais comment le reprocher, puisque ce n’était pas une promesse de l’autrice ?

Revenons au début. Je l’ai lu parce que c’était l’occasion de découvrir Alice Zeniter, j’en avais beaucoup entendu parler lors de la sortie de son livre L’Art de perdre. Je m’étais fait une première idée de son style et de son univers en lisant une nouvelle publiée dans le recueil vendu au profit des Restos du cœur. J’avais aimé le style, donc je me suis lancée.

En écrivant ces lignes, je me rends compte que j’y accorde de plus en plus d’importance. Difficile de faire autrement avec ce récit, puisque, concrètement, il ne se passe pas grand-chose. Le narrateur décrit une ambiance, un état d’esprit et des paysages à un moment donné, sur un lieu donné. Pour vous donner un aperçu de l’histoire, il se rend sur une île quasiment déserte, où s’est installée sa compagne quelques semaines pour travailler sur sa thèse. C’est en effet sur cette île où ne vit qu’un gardien, que l’auteur sur lequel elle fait ses recherches a passé plusieurs années et est mort. Le narrateur la rejoint lors de journées d’études consacrées à cet auteur. Une quinzaine de personnes se trouvent alors sur l’île.

On aurait pu s’attendre à une ambiance oppressante d’un huis clôt ou à voir la folie s’emparer du narrateur qui ne partage pas ce goût pour l’auteur, mais ce n’est pas ce que j’ai ressenti. J’ai plutôt vu l’histoire d’un couple, son passé, la manière dont chacun imagine son avenir, ces détails insignifiants auxquels ils s’attachent… Et c’est bien réussi.

J’ai particulièrement aimé l’incipit, de par la manière dont l’autrice a introduit son personnage principal, mais aussi le choix d’intégrer des passages de critiques littéraires et stylistiques. Ça m’a fait penser à l’Élégance du hérisson, dans lequel l’un des personnages décrit, ce qui est, selon elle, le Beau.

Au final, je recommanderai cette lecture à quelqu’un qui s’attache plus au côté sensible des textes et des personnages, qu’à un lecteur avide de rebondissements et d’aventures. Je vais quant à moi relire rapidement cette autrice, ce premier livre m’ayant intriguée.

Et vous, que pensez-vous de cette autrice ? Avez-vous aimé ce livre ?

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s